Faites partie des grands collaborateurs ! (Inscription)
56 pers. connectées
1 collaborateurs et 55 anonymes
Collaborateurs

6,894 questions

8,591 réponses

3,379 commentaires

5,181 collaborateurs

Badges récents

Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Rép. appréciée
Prof. Nicolas Boivin
Quest. appréciée
Olivier
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Autobiographe
James Tru
Découvrez la licence Creatives Commons
Offert par FISCALITÉuqtr.ca

Notre engagement
Question répondue en
24 heures ou moins (jour ouvrable) pour TOUS les utilisateurs de FISCALITÉuqtr.ca


Pour participer à wikiFISC, il est préférable de créer un compte de collaborateur (voir Inscription). Une participation anonyme (sans créer de compte) est aussi possible (avec un contrôle anti-robot cependant).

Votre compte vous permet de suivre vos questions posées et vos réponses soumises, d'être notifié, de voter sur des questions / réponses qui vous plaisent et même de gagner des points et remporter des badges.

Toutes personnes intéressées à enrichir wikiFISC de façon anonyme est bienvenue de le faire.

Valeurs: Entraide,Collaboration

Professeurs
Boivin | Bachand | Lemelin | Blais
FISCALITÉuqtr.ca

Marc Aubrey
Lyne Rioux
Émilie Portelance
Vincent Bal Gagnon (chargé de cours)
Pier-Luc Lajoie
Jonathan Gosselin (chargé de cours)

Et autres collaborateurs

Faites un témoignage

+3 votes
850 vues
Première question:
Le supplément de revenu garanti pour l'époux ou le conjoint de fait d'une personne qui ne reçoit pas de pension de la SV est basé sur un revenu combiné de 41 472 $
En supposant que la conjointe du pensionné est toujours sur le marché du travail faut-il déduire les premiers 3500$ de son revenu ?

Deuxième question:
Le supplément de revenu garanti est basé sur le revenu annuel de la personne célibataire ou selon le cas du revenu combiné du couple.
Est-ce dire qu'on ne tient pas compte des montants accumulés dans un REER, ou tous autres types de placements, mais seulement des intérêts générés par ces derniers ? Sachant très bien qu'ils peuvent représenter des sommes importantes non utilisées mais toujours disponibles.
N'est-ce pas aller à l'encontre de ce qui est décrit sur le site du Gouvernement du Canada  et qui stipule que: ''Le Supplément de revenu garanti est une prestation mensuelle non imposable offerte aux bénéficiaires de la pension de la Sécurité de la vieillesse qui ont un faible revenu et qui vivent au Canada.''
Autrement dit tu peut être ''riche'' et avoir le supplément...
demandé dans [INACTIF] La Littératie Financière et Fiscale Ouverte à Tous par

2 Réponses

+2 votes
 
Meilleure réponse
Votre 2e question est très pertinente.
Les  intérêts générés du REER sont à l'abri de l'imposition,  tant qu'ils ne sont pas encaissés.
Un riche peut très bien obtenir du SRG en vivant par exemple de retraits de son  Celi et/ou de sa conjointe, et/enfants majeurs.
Un nouveau retraité n'ayant pas de RPA aura avantage, la première année  surtout, à vivre uniquement de retraits Céli, lequel il pourra renfloué par la suite et retirer du SGR, n'ayant pas d'autre revenu que la PSV(pension de sécurité du revenu) . Il doit cependant être bénéficiaire de la PSV pour avoir le SRG.
Le Céli est un épargne et non un revenu. Le REER et ses intérêts sont à l'abri de l'impôt tant qu'ils ne sont pas encaissés.,
Un bon truc pour les riches !!!!!!!!
De plus en reportant à plus tard le paiement de la RRQ, on bonifie ce dernier et on se qualifie
encore mieux pour le SRG .
Vous avez raison concernant les riches et le SRG.
Bonne journée !!!
répondu par CLUB des 500 (1,410 points)
sélectionné par
+1
C'est une bonne question de savoir qui est riche.

On ne doit pas avoir la même définition de la richesse.

En principe, la richesse commence au-delà de la classe moyenne, donc on parle de revenu dont la limite supérieure est environ 100000$an. Donc quelqu'un qui aura eu un revenu de plus de 100000$/an.

Je pense qu'un riche qui arrivé à 65 ans, n'aurait aucun autre revenu que sa RRQ et la PSV pour pouvoir se qualifier pour la SRG, n'est peut-être pas si riche que cela.

S'il n'a aucune économie hors REER et CELI, il n'est pas riche du tout.
+1
La notion de richesse n'est pas strictement  basée sur sa liquidité, mais ses avoirs en entier.
+2 votes
Bonjour Claude,

En regard de votre première interrogation, non seulement la conjointe du pensionné peut-elle déduire la première tranche de 3 500 $ de son revenu d'emploi, mais également ses cotisations à la RRQ, et à l'ass.-emploi. De plus,elle déduira de son revenu certaines déductions tel que : ses cotisations à un REER ou à un RPA, ses frais de déménagement, ses cotisations syndicales ou professionnelles, etc. dont j'ai déjà discuté sous une autre question portant sur le SRG.

Bref, je vous invite à consuter le formulaire et les instructions prévus par Service Canada pour déterminer le plus adéquatement possible le revenu annuel combiné aux fins de détermination du SRG sur leur site. Vous aurez des surprises :
http://www.servicecanada.gc.ca/cgi-bin/search/eforms/index.cgi?app=prfl&frm=isp3025&ln=fra

Par ailleurs, votre notion de richesse reste à peaufiner.

En pratique, je n'ai encore jamais rencontré de «riche» qui touchait le SRG.

Toutefois, je vous accorde que l'ampleur des actifs détenus par un pensionné de vieillesse n'interagit pas directement sur son droit au SRG comme c'est le cas, par exemple pour un bénéficiaire de l'aide de dernier recours.

Ce sont ses revenus qui comptent et n'oubliez pas qu'au plus tard à compter de ses 71-72 ans, il commencera à encaisser ses REER et aura, par conséquent, moins recours au SRG.

Bonne journée,

Phauli
répondu par CLUB des 3 500 (3,780 points)
+1
Moi, j'en ai connu plus qu'un. Habituellement , ça ne dépasse pas plus qu'un an ou deux de leur première année de retraite, car leur cout de vie les rattrape et doivent commencer à retirer des REER ou FERR.  
Il n'y a pas meilleur rendement sur l'épargne que le SRG !!!!.
...