Faites partie des grands collaborateurs ! (Inscription)
66 collègues en ligne
2 collaborateurs et 64 anonymes

6,547 questions

8,228 réponses

3,292 commentaires

3,382 collaborateurs

Badges récents

Quest. appréciée
mitchb
Jette un oeil
coumba
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Quest. aimée
Bill
Quest. appréciée
Bill

Notre engagement
Question répondue en
24 heures ou moins (jour ouvrable) pour TOUS les utilisateurs de FISCALITÉuqtr.ca


Pour participer à wikiFISC, il est préférable de créer un compte de collaborateur (voir Inscription). Une participation anonyme (sans créer de compte) est aussi possible (avec un contrôle anti-robot cependant).

Votre compte vous permet de suivre vos questions posées et vos réponses soumises, d'être notifié, de voter sur des questions / réponses qui vous plaisent et même de gagner des points et remporter des badges.

Toutes personnes intéressées à enrichir wikiFISC de façon anonyme est bienvenue de le faire.

Valeurs: Entraide,Collaboration

Professeurs
Boivin | Bachand | Lemelin | Blais
FISCALITÉuqtr.ca

Marc Aubrey
Lyne Rioux
Émilie Portelance
Vincent Bal Gagnon (chargé de cours)
Pier-Luc Lajoie
Jonathan Gosselin (chargé de cours)

Et autres collaborateurs
Découvrez la licence Creatives Commons

Offert par FISCALITÉuqtr.ca



Faites un témoignage


+2 votes
166 vues
Bonjour,
Je voudrais savoir quelle est la différence dans le mécanisme d'instauration de fiducies qui justifie que l'ARC tolère que du revenu soit fractionné avec le conjoint sans l'application des règles d'attribution en cas de gel successoral et en quoi est-ce différent de ce que l'on faisait dans le mini-cas de la semaine 11?
Le deuxième volet de ma question est de savoir s'il y a d'autres scénarios où l'ARC tolère que l'on puisse fractionner du revenu avec le conjoint (ou même avec les enfants mineurs qui sait) que ce que nous avons vu dans le cadre du cours?
Merci
demandé dans Finances personnelles et planification fiscale par

1 Réponse

+1 vote
 
Meilleure réponse
Une très belle question, Anonyme. Je l'aborde en deux temps:

1) La nuance entre les deux planifications que tu évoques est subtile et déterminante dans l'application ou non des règles d'attribution. Lors du premier exemple, l'auteur de la transaction a transféré un bien générateur de revenu (un immeuble locatif) à la fiducie. Dans ce cas, les règles d'attribution s'appliquent. Dans le cas de la planification reliée au gel et la fiducie familiale discrétionnaire, le bien transféré est un lingot d'or qui n'est pas générateur de revenus. Par la suite, c'est la FIDUCIE ELLE-MÊME qui fait l'acquisition des actions à la JVM (qui sont générateurs de revenus de dividendes). Dans ce cas, les règles d'attribution ne s'appliqueront pas puisque la fiducie a fait l'achat elle-même des actions à la JVM.

2) L'autre concept qui permettrait de fractionner des revenus de dividendes avec une conjointe sans entraîner l'application des règles d'attribution est celui des DIVIDENDES DISCRÉTIONNAIRES. Dans ces cas interprétatifs, les tribunaux ont donné raison aux contribuables. Pour plus de détail., je t'invite à consulter les deux arrêts juridiques suivants:

McClurg c. La Reine, [1991] 1 C.T.C. 169, 91 D.T.C. 5001 (C.S.C.) (« McClurg »))
et
Neuman c. La Reine, [1998] 3 C.T.C. 177, 98 D.T.C. 6297 (C.S.C.) (« Neuman »)

Prof Bachand
répondu par (-913,355 points)
...