Faites partie des grands collaborateurs ! (Inscription)
55 collègues en ligne
0 collaborateurs et 55 anonymes

6,547 questions

8,227 réponses

3,292 commentaires

3,381 collaborateurs

Badges récents

Jette un oeil
coumba
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Quest. aimée
Bill
Quest. appréciée
Bill
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand

Notre engagement
Question répondue en
24 heures ou moins (jour ouvrable) pour TOUS les utilisateurs de FISCALITÉuqtr.ca


Pour participer à wikiFISC, il est préférable de créer un compte de collaborateur (voir Inscription). Une participation anonyme (sans créer de compte) est aussi possible (avec un contrôle anti-robot cependant).

Votre compte vous permet de suivre vos questions posées et vos réponses soumises, d'être notifié, de voter sur des questions / réponses qui vous plaisent et même de gagner des points et remporter des badges.

Toutes personnes intéressées à enrichir wikiFISC de façon anonyme est bienvenue de le faire.

Valeurs: Entraide,Collaboration

Professeurs
Boivin | Bachand | Lemelin | Blais
FISCALITÉuqtr.ca

Marc Aubrey
Lyne Rioux
Émilie Portelance
Vincent Bal Gagnon (chargé de cours)
Pier-Luc Lajoie
Jonathan Gosselin (chargé de cours)

Et autres collaborateurs
Découvrez la licence Creatives Commons

Offert par FISCALITÉuqtr.ca



Faites un témoignage


+2 votes
87 vues
dans la diapositive 14 sur la planification post-mortem (fait-on référence au fait que le décédé ne pourra pas reporter ses pertes autres qu'en capital puisque c'est sa dernière déclaration et que de générer des GCI pemettrait que ces pertes ne soient pas perdues et que le GCI ne soit pas imposable en bout de compte?)
demandé dans Finances personnelles et planification fiscale par

1 Réponse

+1 vote
 
Meilleure réponse
Cette situation est rare, mais elle peut exister. Prenons l'exemple d'un individu qui a des pertes en capital nettes provenant de l'année 2010 d'un montant de 300 000 $ (un gros revers de fortune). Il décède cette année, son revenu imposable avant planification post-mortem est de 220 000 $. Ce plein montant pourra être annulé par la PCN de 300 000 $. Le décédé laisse tout de même sur la table une PCN de 80 000 $ qu'il ne pourra jamais utiliser. Si ce dernier, lors de son décès, possède des biens avec une plus-value, il peut déclencher un gain en capital imposable de 80 000 $ sans générer d'impôt puisqu'il utilisera sa PCN de 80 000 $. Cette opération permettra d'augmenter le coût fiscal de 80 000 $ pour l'héritière.

Prof Bachand
répondu par (-913,355 points)
...