Faites partie des grands collaborateurs ! (Inscription)

6,411 questions

8,089 réponses

3,270 commentaires

3,196 collaborateurs

44 collègues en ligne
1 collaborateurs et 43 anonymes
Collaborateurs

Badges récents

Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Rép. appréciée
Prof. Marc Bachand
Rép. appréciée
Prof.Nicolas Lemelin

Notre engagement
Question répondue en
24 heures ou moins (jour ouvrable) pour TOUS les utilisateurs de FISCALITÉuqtr.ca


Pour participer à wikiFISC, il est préférable de créer un compte de collaborateur (voir Inscription). Une participation anonyme (sans créer de compte) est aussi possible (avec un contrôle anti-robot cependant).

Votre compte vous permet de suivre vos questions posées et vos réponses soumises, d'être notifié, de voter sur des questions / réponses qui vous plaisent et même de gagner des points et remporter des badges.

Toutes personnes intéressées à enrichir wikiFISC de façon anonyme est bienvenue de le faire.

Valeurs: Entraide,Collaboration

Professeurs
Boivin | Bachand | Lemelin | Blais
FISCALITÉuqtr.ca

Marc Aubrey
Lyne Rioux
Émilie Portelance
Vincent Bal Gagnon (chargé de cours)
Pier-Luc Lajoie
Jonathan Gosselin (chargé de cours)

Et autres collaborateurs
Découvrez la licence Creatives Commons

Offert par FISCALITÉuqtr.ca



Faites un témoignage


+4 votes
107 vues
Selon les scénarios que vous proposez, le REER serait un outil fiscal très avantageux. un rendement de 5% ne peut être obtenu hors des fonds communs ou des actions (les placements sûrs arrivent à peine à compenser l'inflation). Or, le gain de capital et les dividendes sont imposés à 100% lorsqu'ils sont générés dans un REER. Est-il donc si avantageux d'y investir ?
demandé dans [INACTIF] La Littératie Financière et Fiscale Ouverte à Tous par

2 Réponses

+4 votes
 
Meilleure réponse
Bonjour Martine,

J'adore votre question, je suis certain que la communauté appréciera!

Vous avez toute à fait raison, les revenus perdent en effet leurs "attributions" lorsqu'ils sont engendrés à l'intérieur du REER. Cependant, même si ce dernier n'offre pas les traitements fiscaux avantageux du GC et des dividendes, il peut s'avérer très utile d'utiliser ce véhicule pour investir lorsque nous avons des cotisations REER disponible.

Voici un exemple :

Marc, médecin, est imposé au taux marginal d'imposition (53,31%). Celui-ci adore l'action de Bleuets Inc. et achète 10 titres à 100$ par action. Regardons les implications fiscales si Marc revend ses actions 10 ans plus tard, alors que le titre a connu une croissance fulgurante de 800% dans les 10 dernières années et si Marc est toujours imposé au taux marginal (53,31%). :
SANS REER :
Prix de disposition : 8 000$ (10 X 100 X 800%)
Prix d'acquisition :   1 000$ (10 X 100$)
Gain en capital : 7 000$
Gain en capital imposable : 7000$ X 50% = 3 500$
Impôts : (3 500$ X 53,31%) : 1 866$
Argent en main à la fin de la transaction = 8 000$ - 1 866$ = 6 134$

AVEC REER :
Comme vous le savez, les cotisations REER sont déductibles et vous apportent donc un retour d'impôt. Lors de la cotisation de 1 000$ à son REER, Marc obtiendra donc un retour d'impôt de 553$ (1 000$ X 53,31%). Marc investit donc ce 553$ dans son CELI en achetant les même actions de Bleuets Inc.
Implications fiscales :
REER :
Retrait REER : 8 000$ (10 X 100 X 800%)
Impôts : 8 000$ X 53,31% = 4 265$
Argent en main : 8 000$ - 4 265$ = 3 735$
CELI :
Prix de disposition : 4 424$ (553$ X 800%)
Prix d'acquisition :   553$
Gain en capital : 3 871$
Impôts : 0$
Argent en main : 3 871$

Argent en main total REER + CELI = 3 735$ + 3 871$ = 7 606$

Argent en main de plus que le scénario sans REER = 7 606$ - 6 134$ = 1 472$

Vous comprendrez que la clé du succès pour que le REER puisse rivaliser avec le compte de placement non enregistré dans le cas du traitement avantageux du gain en capital réside dans l'utilisation qu'on fait du retour d'impôt. En effet, si Marc avait été voir les Canadiens de Montréal avec ce 553$, le placement non enregistré aurait apporté un rendement nettement supérieur au REER. Le REER, combiné au CELI, est donc un arme redoutable pour tout vos types de placements. Le REER est encore plus avantageux lorsque le taux d'imposition marginal du contribuable diminue puisque le retrait REER sera effectué à un taux d'imposition plus faible que lors de la cotisation (ce qui est souvent le cas, mais pas toujours, lorsqu'on effectue nos placements avec un horizon de placement jusqu'à la retraite).

En terminant, Vous comprendrez donc que lorsque individus n'a plus de cotisation REER et CELI, il est préférable d'utiliser le REER pour les revenus d'intérêts et les comptes non enregistrés pour le gain en capital et le revenu de dividendes.

J'espère que cela répond à vos questions,
répondu par CLUB des 3 500 (3,515 points)
sélectionné par
+2
très bonne information Maxime merci! j'ai toujours pensé que les placements qui génères des gains en capital devaient toujours se prendre hors reer!
+1 vote
Bonjour Martine,

effectivement, lorsqu'un particulier possède à la fois un portefeuille REÉR (maximum atteint) et un portefeuille hors REÉR, il est judicieux de placer les placements générateur de dividendes et de gains en capital hors REÉR afin de profiter de l'imposition réduite sur ces sources de revenus.

Cependant, c'est une question de choix de les inclure dans le REÉR ou non lorsque le maximum n'est pas atteint. Imposition supérieure (à 100%) vs report d'impôt dans le temps, la question est celle là.

Personnellement je préfère utiliser le REÉR afin de planifier des retraits (à la retraite) suffisamment bas afin de ne pas trop payer d'impôt, à 100% bien sûr.

Mon avis.

Merci pour votre question!
répondu par (-461,590 points)
...